©  2017- Copyright by WFPV-Folawat Press & Dr. Valcin. All Rights Reserved 
Le Prestige de la Radiodiffusion Internationale sur l'Internet pour le Monde Entier
“Sa w pa konnen pi gran pase w!”

Our Current Editorial

                  Sa   w   pa   konnen   pi   gran   pase   w !”   Ce   proverbe demeure,   en   somme,   parmi   les   plus   populaires   du folklore    linguistique    d’Haïti.        Le    terme    “konnen” équivalant   à   savoir   (to   know,   en   anglais)   semble   y jouer   un   rôle   fondamental,   mais   il   y   a   plus   que   le simple   contenu   de   ce   vocable.   Sa   w   pa   konne   pi   pran pase   w !”   participe   également   de   l’attitude   que   nous nous   devons   d’adopter   sincèrement   quand   nous   ne savons pas.             Imaginez,    par    exemple,    Mr.    Saupoudret,    un ingénieur   dans   le   monde   électronique,   qui   a   accepté une   mission   dans   le   domaine   de   la   santé.   Là,   nous observons   le   jeune   homme   se   défoncer   à   aider   un malade   sur   un   lit   d’hôpital   s’affairant   fiévreusement   à solutionner    un    can    de    pneumonie    aigüe.        Il    n’est point    nécessaire    d’être    un    génie    pour    se    rendre    à cette    évidence    qu’un    fossé    géant    doit    apparaître entre    les    poumons    d’un    malade    et    les    codes    de programmation         d’un         appareil         électronique.                                                                                   Néanmoins,    c’est    exactement    cet    espace    que    Mr. Saupoudret    se    refuse    étrangement    à    voir.    C’est tristement   une   maladie   dont   de   nombreux   individus souffrent   quand   ils   s’entêtent   à   s’immiscer   dans   des affaires    oú    ilssont    de    fieffés    ignorants.    Dans    le domaine    de    la    sociologie    ou    même    de    l’industrie d’assemblage,   Durkheim   ferait   allusion   à   la   division des   domaines   ou   simplement   des   tâches.   Celui   qui s’y   connait   dans   l’aspect   strictement   mécanique   de l’automobile,   transfère   le   processus   de   la   fabrication de   la   machine   à   l’expert   en   carosserie   dès   que   cet aspect de la construction entre en ligne de compte.
                     Nan   bon   jan   lang   Kreyòl   lakay   nou   men   m,   ayisyen, nou   pa   fè   pyès   akrobasi   ak   djòl   nou   e   senpleman   deklare: “Sa   w   pa   konnen   pi   gran   pase   w!”   Nou   pap   pale   la   di   tou de   afè   laj,   men   presizeman   e   sitou   de   obligasyon   pou   n respekte   sa   lòt   moun   konnen   e   ki   pa   domèn   nou.   Li   te mèt   se   te   pou   bale   atè   a,   bale   salon,   ou   byen   bale   lakou   a; ou   te   mèt   te   gen   40   papye   doktora   pandye   nan   mi   salon lakay   ou,   si   w   pa   konn   bale,   ou   pa   konn   bale:   lè   konsa,   fòk ou   frenk   reziye   w   koube   fron   ou   byen   ba   devan   moun   kap bale a paske, nan domèn sa, moun lan fout pi fò pase w!                   Sa   fè   m   sonje   yon   gwo   zotobre   Ayiti   ki   te   manke   m dega   onlè   e   ki   te   mande   m   pou   m   tal   kòm   si   dire   apwann franse!   M   pa   kache   pale   w,   ou   men   m   kap   li   la,   m   frenk klase   mesye   a,   mete   l   nan   wòl   li!   M   di   nèg   la   konsa,   “ou konn    sa    k    pase,    Mesye    Frekantalon,    si    se    wou    k    chèf mwen,   jodi   a,   se   pa   paske   w   konnen   pase   m,   men   se paske   se   ou   gouvènman   an   konnen,   men   ou   byen   konnen ke   ou   pa   sa   pèmèt   ou   voye   ekspè   pwofesè   sa,   yon   gradye Fakilte   Lèt   ak   Pedagoji   nan   peyi   a,   pou   tal   apwann   franse: ni   wou,   ni   chèf   ou,   m   kapab   mete   nou   tou   lè   de   chita   pou apwann nou lang Voltè a!”          Mon   superviseur   de   l’époque   ne   put   en   croire   ses   yeux devant   ma   prouesse   hors   paiur   de   lui   cracher   la   vérité… Dans    ce    cas    unique,    la    connaissance    dont    mon    checf pouvait   se   targuer   de   posséder   était   similaire   à   la   mienne. Ki   vle   di,   nan   ka   sa,   pa   gen   diferans   wotè.   Men   si   se   pat   sa, kòm   si,   si   m   pat   ka   troke   kòn   mwen   ak   nèg   la,   fòk   mwen   ta ramse    ògèy    mwen    plwaye    l    nan    pòch    mwen    poum    ta aksepte ke “sa w pa konnen toujout pi gran pase w!
© Lorem ipsum dolor sit Nulla in mollit pariatur in, est ut dolor eu eiusmod lorem
Explorer